transformation d’un chai

Dans un paysage de vignes et d’histoires de vignerons, ce village suit les transformations de tous les alentours piscenois. La bâtisse a une volumétrie simple, atout pour une transformation sobre qui prend appui sur l’orientation et la topographie.

habitation et atelier d’artiste

Pour un couple cherchant un rapport direct avec la lumière du Sud, dedans et dehors … celle de l’ombre de l’été, filtrée par la végétation qu’ils ont patiemment fait pousser avec les pins, micocouliers et autres mimosas existants … celle du ciel d’hiver, bleu métal balayé par le vent.

Les couleurs se font discrètes : le gris (“de Montpellier”) des volets et menuiseries bois, le blanc à l’intérieur mêlé aux tons naturels de la charpente.

 

plan niveau haut

 

aménagement

Les espaces d’habitation, concentrés au niveau supérieur, sont généreux et rendent compte dans la partie de jour des volumes de la bâtisse. Le terrain se raccorde à ce niveau à l’entrée qui devient principale, offrant ainsi un rapport direct entre la cuisine ouverte et la nouvelle terrasse à l’est.  L’aménagement intérieur met l’accent sur les larges dimensions de l’espace (en longueur, largeur et hauteur).

Le niveau inférieur était celui des cuves en béton armé, cases alignées de part et d’autre d’une allée centrale. Tout en conservant l’une d’entre elles, ce niveau semi-enterré abrite désormais l’atelier. La sous-face en pin brut d’origine de ce plancher reste visible grâce à un procédé particulier d’intervention.

détails »

La portée considérable du plancher initial (10.5m, sur toute la largeur du chai) résultait de la présence de poutres principales assemblées en “trait de Jupiter” mais qui en faisaient malgré tout une structure souple, incompatible avec tout revêtement moderne, qui augmenterait les charges, de surcroît. La solution trouvée avec le bureau d’études a consisté à réaliser, à partir de l’existant, un plancher collaborant bois-béton.

galerie

Les commentaires sont fermés.